On l’avait déjà découverte il y a quelques années lors d’un séjour au Puy du fou (que je conseille à tout le monde d’ailleurs, faut DSC_0116juste partir du postulat de base que Dieu existe et tout passe vraiment mieux) et tout ce dont nous nous souvenions de la fameuse Venise verte était miraculeusement apaisant, décontractant et calme. Du coup, Pou et moi enfourchons notre monture (on monte en voiture en fait) et faisons la mini route jusqu’à un patelin dont j’ai oublié le nom mais qui fleurait bon la buccolicité (si ça existe). Soleil, chaleur et presque personne dans les rues nous ont accompagnés jusqu’à la rive. Avant de choisir quelle cahutte allait nous fournir notre embarcation, Pou et moi décidons que, comme des oufs, nous allons effectuer notre traversée comme unDSC_0167 voyage initiatique, seuls sans guide et sans reproche. Nous allons explorer le marais par nos propres moyens, à travers le spectre de nos yeux candides. Devant les deux cahuttes, je plouf-ploufais pour choisir notre Titanic car les tarifs étant les mêmes, les sourires des gondoliers aussi sincères et les barquasses aussi mignonettes les unes que les autres, je ne savais pas trop laquelle préférer. « Bonjour, pourrait-on louer une barque s’il vous plait ? » « Avec plaisir pour combien de temps ? » « Pou combien ? » « Ben ch’ais pas moi » Ok, merci de ta participation. Nous voilà donc partis, sans guide, avec un plan et quelques instructions pour ne pas rater le héron, les ragondins et un autre animal dont j’ai oublié le nom mais qui, vous l’aurez deviné n’a jamais traversé notre espace occulaire. Objectif, ramer ensemble, comme un seul homme.

La dame nous indique que si jamais « madame, en a marre de ramer (oui, je sais, mais ça arrive…) il faut que vous passiez devant (vous c’et moi) et vous derrière (là, vous c’est lui), et essayez de ne pas bouger en même temps et du même côté » ouais, elle nous prend pour des parisiens en fat quoi. Allez zou, on grimpe. Opitaing de sa rass’, je n’ai pas encore le cul posé sur ma planche que déjà j’ai failli finir à l’eau. En fait, ça DSC_0166manque de fiabilité ces trucs flottants.

Plan en main, nous attaquons les 15 premières minutes. Il n’y a que nous sur l’eau, il fait bon, on s’aime (on se fait même plein de bisous alors c’est pour dire).

DSC_0127

Euh, on n’aurait pas dû passer sous un pont y’a un moment ? Bon, de toutes façons, on ne peut pas se perdre, ce sont des canaux, faut pas deconner. « Ohhh regarde, me dit Pou, y’a tes frères à droite » Gnagnagna, y’a un âne qui me regarde sur la berge. Je lui fais coucou et il arrive. Je crois qu’il m’a reconnue. Il pause pour la photo et lorsque je me mets à lui parler, part en courant vers son ami le cheval. Pou : « Il est comme moi, il n’en peut plus de t’entendre ! » Conno vous deux va !

DSC_0151

« Oh regarde, y’a comme une grosse gambas là » Pou éclate de rire, « mais ouais, une gambas dans les marais », « mais si ça y ressemble, je sais que c’est pas ça mais c’est tout comme ». « Oh le héron, oh les ragondins » on croise tous les animaux du monde (même un serpent que j’ai eu la bonne idée de ne pas remarquer), des vaches, des trucs hypers chelous dans l’eau, des araignées de la taille du world trade center (avant hein) et on se régale à mort mais le drame ne pouvait être évité. On ne rame pas comme un couple d’avironneurs chevronnés. Notre barque, fait des zigs zags et même en ayant échangé nos côtés (tout ça signifiant se mettre debout (surtout moi), passer par-dessus un Pou qui se translate vers le milieu afin que nous ne tombions pas mais qui joue au con en faisant tanguer notre frêle esquif et qui se prend l’engueulade de sa vie) même en ayant changé notre rame d’épaule donc, on n’est pas calés comme il faut, Pou s’est pris des branches dans la tronche, moi je me suis égratignée aux massifs de mûres,DSC_0131DSC_0125

DSC_0119en plus, on est perdus (j’te l’avais bien dit Pou, tu ne m’écoutes jamais !), j’ai mal aux bras et j’en ai marre « Pou, dis, tu ne veux pas ramer tout seul comme un homme et moi je bronze devant ? » « Allez vas-y va » « Euh ouais, mais comment je passe devant ? Je vais tomber et je sais que tu vas faire bouger la barque pour rire alors que c’est même pas drôle » « Ben ouais, mais si on avance encore un peu tu pourras te tenir aux branches » Il est fort ! Mais bon, y’a des bêtes dans l’arbre, j’ai au moins hurlé deux fois et je m’assois en boudant faussement et je laisse Pou essayer de nous ramener à bon port. Et je lui souhaite bon courage hein, ça ne fait qu’une heure qu’on est partis, on ne sait absolument pas si on est loin ou pas du but, il fait chaud, on commence à avoir un peu mal aux bras (surtout lui, moi je me repose là) et on ne retrouve ni le pont ni la voie 421, mais qu’est ce qu’on s’en fiche. On est bien. On profite. On discute. On parle aux vaches, on se dit qu’il ne nous reste que 10mn pour rentrer, on regarde les éléments et ohhh, une barque de vieux ! « Bonjour, excusez-nous, c’est où le départ ? » « ben là, 1ère à droite et vous en avez pour 10mn ! » Wéééééé, on est sauvés !!!

Le guide nous récupère, se moque de moi qui ne ramais plus (ouais et alors ?) me demande si j’ai vu tous les animaux qu’il nous avait décrit « oui, tous sauf le truc dont j’ai oublié le nom et j’ai même vu une espèce de gambas » Ce kono explose de rire, « une écrevisse chez nous » ben ouais, c’est pour ça que j’ai dit « espèce de » dégénéré va. Pou se joint à lui en traitre « je te l’avais bien dit » « ouais, mais tu ne savais pas ce que c’était non plus » Pffff tout de monde !DSC_0158DSC_0154

Mais bon, magnanime et pas boudeuse, je propose à Pou de continuer notre ballade de bonheur le long de la berge et nous choisissons une maison sur deux pour nous y installer. Ah ouais, j’ai eu envie de faire pipi plein de fois aussi mais il faut savoir que le poitevin est prévoyant et il y a des pipi room partout ! Cette année les marais ne contenaient plus les pois verts que nous avions découvert il y a quelques années (apparemment ces pois ont disparu depuis 2003…) mais calme et sérénité y étaient encore bien présents. Je vous ai déjà dit que j’avais passé des vacances supers ?

DSC_0140

DSC_0165