Bonjour toi. C'est un plaisir de sentir à nouveau tes globes oculaires caresser mes mots. Oui, je sais, tu me l'as déjà fait remarquer, ça fait un bail que nous n'avons pas échangé.

Mais bon, Pou a décidé, sans accord conjugal préalable de "booster" mon ordinateur, donc bien évidemment, il a été immobilisé plusieurs jours,  et maintenant qu'il fonctionne peut être mieux (mais [je] ne sais pas [m']en rendre compte...) il faut quasi tout réinstaller. Du coup ben, il ne me sert quasi plus à rien, (l'ordi hein, pas le Pou...quoique..là, franchement il n'a pas gagné un max de points) et bien entendu, lorsque je demande à mon cher et tendre de finaliser son intervention, je le dérange. Donc, nous sommes en crise maritale, crise ordinatale et crise de nerfs quotidienne dès que je dois trouver un truc qui était bien rangé (avant) dans mon PC.

Ca c'est l'explication technique et concrète du pourquoi du comment mais il y en a une autre. J'étais peu disponible ces derniers temps, même si mes doigts me démangeaient, parce que j'ai été très occupée : beaucoup de boulot comme ça d'un coup sans crier gare, de nouvelles activités ou des anciennes très prenantes et quelques nouvelles aventures. Du coup, je reviens vers toi afin d'essayer de te faire patienter jusqu'à ce que j'aie à nouveau le temps (et que ce soit moins galère) de te raconter : 

- comment je vais devenir la nouvelle Marie Nicole Lemieux (non, ne t'inquiete pas cher lecteur, moi non plus avant la révélation je ne savais pas qui elle était) et me lancer dans une nouvelle voie de chanteuse avec ma voix d'alto enfin libérée, que même que Cocazéro était là pour témoigner (oui, parce que sans témoin, je vous jure que je n'aurais jamais eu le moindre crédit sur cette histoire auprès des gens qui m'ont déjà entendue pousser la chansonnette!);

http://www.cite-sciences.fr/fr/ressources/bibliotheque-en-ligne/dossiers-documentaires/les-mysteres-de-la-voix/zooms-sur-les-tessitures/

- Comment Cocazéro et moi ne nous sommes toujours pas fait de copines à la poterie (en même temps, de vieilles rabatjoises, hyper conservatrices, qui spoilent les films et qui me traitent de trainée à demi mot, sur le papier, ça ne nous manquera pas des masses), mais comment nous nous rendons compte que chacune d'entre nous a un don. Cocazéro est une estampeuse érotique hors-pair et ses culs sont de petits morceaux de bonheur terre glaiseux (ses nénés ont encore besoin d'amélioration, mais mes aieux, si vous la voyiez palper rouler son modèle comme moi, vous en resteriez sans voix). De mon côté, j'ai le don de ne pas vraiment arriver à comprendre ce que je vois. Sisisi, j'vous jure parfois pour creuser ou reliefiser des trucs faut que je lui demande d'abord.

1

23

C'est un don comme un autre. Peut-être dû au manque de certaines protèines dans le corps, comme le sens de l'orientation...ch'ais pas (je vous joins une évolution de ma sculpture, je verrai avec Coca si elle me donne des droits d'exploitation de sa création en cours ou si elle compte me les vendre, auquel cas, ben vous vous brosseriez pour admirez un des plus beaux culs de la création (ahvi, vi, vi, c'est là que je me rends compte du potentiel double sens);

- 4Comment après avoir regretté de m'y être inscrite, je me suis éclatée lors d'une soirée années 80 où nous avons joué le jeu avec Mojito et Gaufrette (eyh, c'est bien ça Gaufrette non ? Ca te va ? Nous qui te cherchions un nom de scène..) jusqu'au bout de la night (ce qui m'a tout de même couté une aile arrière gauche (en vrai de belles et grosses rayures sur la portière arrière) à cause d'un sens de l'orientation de caca (et d'une vision très personnelle de la façon dont on est censé arriver dans un rond point après être sortie d'un parking) et avant que les mauvaises langues ne se délient, NON je ne bois jamais si je conduis donc j'étais vraiment en pleine possession de tous mes moyens (j'ai juste trouvé une couille dans mon potage conductoriel)))) (je ne sais plus combien je dois te mettre de parenthèses alors je t'en propose un paquet, tu sauras les utiliser à bon escient); 

- Comment je continue le step, je mini mambote, je mini chevalise, je step touche, kicke ou genoute inversé, je jazzesquare etc. tous les jeudis jusqu'à ce que douleurs et fatigue s'en suivent.

- Comment, enfin, toutes ces tortures de cinglé que je me fais endurer me contraignent aujourd'hui à boitiller comme un cheval mort, genou molesté, dos ruiné et gorge enflammée (ouais, j'avais oublié à quel point c'est dur de hurler toute une soirée en boite) et je me traîne du canapé au lit, prête à tenter une sortie vers les urnes à quelques 200m de la maison en programmant une cheminement de 1 à 2h...

Bizz à toi mon lecteur préféré, je te reviens vite. A bientôt