Hello, toi, mon petit chou à la crème.

Bon ben depuis la dernière fois, je suis allée boire un verre avec mes anges de la téléréalité. Pour être tout à fait honnête avec toi (et je le suis toujours, toi tu sais que je ne te mens pas), à part qu’elles ne sont pas cap de suivre une voiture pour y aller ensemble (les boulets ont suivi la mauvaise watur et sont retournées au point de départ donc le pote et moi avons attaqué le bar en les attendant…), à part ça donc, rien à dire mais comme dirait Marie Pierre Casey (pour es plus jeunes ou les étrangers, ça vaut le coup de youtuber) : je f’rai pas ça tous les jours.

Un autre tric que je ne ferai pas tous les jours c’est aller chez l’esthéticienne et là, si tu es Petit Poney, si tu es un proche mais pas un intime, si tu penses que y’a des limites aux confessions, je te conseille de passer ton chemin, je vais te parler de mon maillot (des poils de mon zizi pour les plus durs de la comprenette…).

Bon, je te dresse le tableau : exterieur jour, poils de wouki (comment on écrit wookie ???) sur les pattes et consort. J-2 avant les vacances, je pars faire défricher tout ça.

« Bonjour, je suis votre esthéticienne, je remplace aurélie pendant son congé maternité. Je viens tout juste d’avoir mon CAP et ma patronne me demande de vous dire que je suis encore un peu lente. Ca vous va ? » vous lisez bien tout ça avec une voix de bienveillance exagérée, un peu bête et caricaturalement adaptée au métier de cette jeune fille de 18 ans, hein ? Très bien !

Oui oui lui dis-je, il est 18h, je ne suis pas pressée. Parfait. Prenez votre temps et ne stressez pas. 5 minutes plus tard, mes dreads locs jambaires (tain, comment on écrit dreadloks ???? c’est la journée de l’orthographe alors ?!) sont effacées de la surface de la planète moi.

Me v’là en string (ouais, trop seski la meuf !) et elle qui me dit « euh, vous voulez quoi ? » « un brésilien siouplé, bien échancré (oui, et alors ? No judgement here !) » « euh c’est bien celui où j’enlève là et là ? » angoisse dans ma voix « oui, oui »..

Et là la boucherie débute : les bandes de cire ne sèchent pas assez vite pour elle mais, de crainte que sa lenteur ne m’incite à partir au milieu de sa performance ou je ne sais quoi, ma gentille débile essaie tout de même de les enlever et me donne donc d’arracher un à un mes petits poils tout bien installés, tout en ayant l’impression de peler les zones concernées…je l’incite à prendre son temps à nouveau et lui signifie que là, ça fait un peu mal. « Ah désolée, je vais faire attention. Vous savez comment je m’appelle ? » « non » « indice c’est un nom de pierre » « Jade ?» « Na nan » « Ambre ? » « Nanplu » « Ruby » (ouais, on met forcément un Y à rubis quand c’est un prénom et on envisage une carrière de prostituée « Nannnn » « bon ben ça peut pas être émeraude paske c’est pas un prénom » et là, elle me coupe « Valaaaa, c’est ça, émeraude  et ma sœur c’est Laïlou, paskils hésitaient entre Laila et Lilou» « Ben pourquoi ils ont pas pris Lila alors ? » « ah ben spa assez original »…tu m’étonnes…Tout ça bien entendu rythmé par des « attention, je tire » « ouhlala, je pense que vous allez le sentir passer çuilà » et autres « rhooo, ils partent pas bien quand même » et c’est alors que le drame est arrivé. « Oups je cois que j’ai débordé » et là, je baisse la tête et découvre mon petit pubi innocent, barré d’une bande de cire, sur sa largeur « euh je sais pas trop quoi faire «  « ben là faut l’enlever hein » « ben du coup va falloir passer à l’intégral » « ben du coup ouais hein, on va pas les remettre en place »…Bon je te raconte pas la suite, les douleurs, la brulure et la défiguration de mon anatomie, ahhhhh si, je vais te raconter le « ça vous va comme ça ? » et là, bim, en deux temps trois mouvements, la jeune fille, lenteur incarnée, me place un miroir ici, oui, là, pour que je profite du spectacle et du résultat final. Et ne nous mentons pas, c’est un angle sous lequel on se regarde peu (en tout cas mo), c’est déroutant, surtout quand tu t’y attends moyen en fait…ahhh, j’ai quand même oublié de te parler de cet a propos étonnant de ma petit émeraude qui, me dit à un moment donné « mon papi il a eu un cancer et il est mort. Vous connaissez quelqu’un qui a eu un cancer vous ? » euh, c’est ma pilosité disparaissante qui t’a inspirée ? Le côté chauve qui t’a rappelé papi ? Non mais oh ????

39575679_2160968253945567_4737233105104928768_nBon, je te dis ça et je lui ai tout de même laissé un pourboire, trop bonne et conne que je suis, attendrie par sa bonne volonté…ahhh attends, pars pas, y’a une fin : je rentre à la maison, plus sensible à l’air frais qu’une heure avant, et je rentre dans la douche : v’là t’y pas qu’elle m’a oublié un petit village d’irréductibles poils juste là dans le coin….j’ai donc filé un pourboire et 40 euros pour en arriver à finaliser ma coupe d’été toute seule …ça n’arrive qu’à moi ces trucs. Y’a un moment, je me demande si je ne devrais pas t’envoyer une photo pour que tu aies la preuve..ouais, mais non, on est d’accord !

Bon, ben maintenant j’espère que tu n’as pas trop d’images dedans l’intérieur de ton cerveau et de tes yeux et que tu vas passer une bonne journée.

Moi je te laisse je vais prendre un strepsil, je crois que j’ai attrapé froid avec ses conneries !