18 décembre 2016

Hasta la vista baby !

Depuis la dernière fois que je t’ai raconté mes exploits, j’ai célébré les 40 ans de la dernière d’entre nous (dernière en âge hein, va pas me la vexer avec tes insinuations douteuses, déjà qu’elle se sent menacée physiquement…). Et du coup, qui dit 40 ans, dit weekend entre nous encore. Après la banlieue de Rouen et la copenhaguie orientale, nous voila parties pour le pays de la paella et de la sangria ! Vamos a Madrid. Alors avant toute chose, sache que si jamais un jour t’as bobo à la noreille dans un aéroport avant de... [Lire la suite]

20 novembre 2016

A voté

Bon, bon, bon, en mauvaise citoyenne que je suis, je ne pense pas aller voter à la présidentielle en raison de l’absence absolue de candidat qui mériterait de me représenter ou de porter ma voix pendant 5 ans. Aucun candidat ne présente suffisamment d’idées en accord avec mes espoirs ou mes besoins pour que j’aie envie de le voir présider mon pays. Mais Cocazéro m’a fait un gnagnagnagna qui a tout de même réussi à me convaincre d’aller donner mon avis à ceux qui se rapprocheraient le plus de mes attentes, les républicains. Je me... [Lire la suite]
Posté par Fificlap à 14:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
13 novembre 2016

Il me contrôle

On croit connaître les gens et bim, on apprend au détour d’une discussion absolument anodine que son Pou a des goûts qu’on n’aurait jamais soupçonnés. Alors encore une fois je ne vous parlerais pas de sesque, nos parents lisent, mais de goûts musicaux en l’occurrence. Et oui, aujourd’hui, j’ai appris qu’un certain jeune homme, né en 85 à Strasbourg avait les faveurs de mon époux. Un jeune homme qui a débuté en télé crochet, qui danse autant qu’il chante et qui vient de sortir un album de reprises des plus improbables. Alors si Pou m’a... [Lire la suite]
Posté par Fificlap à 18:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
22 octobre 2016

Holly night

Je m’en suis sortie : Micelle (le ver que nous avions trouvé et éradiqué dans ma nectarine) n’est pas revenu et surtout n’a pas appelé tous ses amis au son d’une vengeance froide et sourde (dans ma tête y’a une grosse voix de peur qui vient de prononcer ces mots). Mais spa pour ça que ça va bien : je te préviens, va pas falloir me chauffer cette semaine ? En effet, non contente, durant ces derniers mois, d’avoir autant fait attention à ma ligne qu’à celle de Maginot, j’ai parachevé la reprise de quelques kilos durant... [Lire la suite]
Posté par Fificlap à 11:42 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
02 octobre 2016

En ver et contre moi

Alors, y’a deux jours je t’ai dit à demain, mais en fait demain, là, ça devient hier…tu vois, me rester fidèle et suivre mes pérégrinations c’est un peu comme monter à bord d’une Deloréane sans conducteur.. Bref, je te parlerai une autre fois de mes os ET boyaux lourds parce que j’ai resté mon corps hier et que, je me rends compte que plus de 20 ans d’entraînement au gras et au sucre font de moi la première ablattue de la wézicoul qui peut, une simple semaine après l’ablation, encaisser à la fois une boule de glace chantilly à midi... [Lire la suite]
Posté par Fificlap à 10:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
29 septembre 2016

salut

Je te mens, je te mens depuis plusieurs mois, ce blog n’est plus ma priorité, je ne trouve plus trop l’envie d’y poser des mots, je ne sais pas trop quoi y mettre et en plus là je boude. Bref, je reviens pour râler..ça te fait rêver non ? tu te dis que tu as bien fait de revenir me lire ? ouais, je sis comme ça moi : à ton service T’façons, m’en fous, j’ai le droit je suis en convalescence ! Yep, il y a une semaine tout juste, je perdais un organe. Pas n’importe lequel, un des deux dont il se dit qu’ils ne servent... [Lire la suite]
Posté par Fificlap à 21:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

11 septembre 2016

Retour de vacances

Bonjour à toi mon bien aimé. Depuis l’ode à MonPoete, j’ai eu le bonheur de voir mes vacances arriver (je te souhaite d’ailleurs d’avoir pu profiter également du beau temps et d’avoir un peu rechagé tes batteries). Mais, comme un bonheur n’arrive jamais seul, mes 40 ans et moi (Il va falloir que j’arrête de faire des blagues sur mon âge, mon Pou est désormais persuadé que je le vis vraiment mal), mes 40 ans et moi attendions donc ce jeudi de vacances comme un mini messie, je ne vais pas te le cacher. Jeudi matin, plus que quelques... [Lire la suite]
Posté par Fificlap à 12:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
20 août 2016

Toikimêm

Oh mon dieu, my god, my goodness, dio mio ! Oui, tu le sais bien, toi qui me lis que lorsque j'entre en religion de la sorte c'est que le paroxysme de la paroxysmisation est atteint et là, c'est en terme de Nirvana, d'Olympe, de Valhalla non plus du guerrier mais de l'écriteur que je parle.  J'ai reçu un message d'un inconnu (non, sois pas lourd, c'est serieux, pas un nain connu) me déclarant son plaisir de me lire en décrivant ce qui lui plaît sur ce journal d'une femme enfant tout en me donnant un conseil sur ce qui lui... [Lire la suite]
Posté par Fificlap à 11:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
10 juillet 2016

Femmes, je vous aime.

Une fois n’est pas coutume, Pou et moi venons d’être d’accord. Vi, nous regardions une émission sur l’histoire de la télévision et nous sommes tombé d'accord sur l'intérêt premier qu'elle a pu avoir dans les années 60/70. Cette télévision qui, avant de devenir la pompe à merde qu’elle est majoritairement aujourd’hui (et encore une fois ne te méprends pas, je la regarde aussi très très souvent et j’y trouve mon plaisir dans la cultivation qu’elle peut parfois apporter comme dans la bêtise ou le divertissement agréable hein), cette... [Lire la suite]
Posté par Fificlap à 17:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
04 juillet 2016

Viva la révolucion

Ca y est, c’est reparti, je suis écœurée. Ecœurée par tous ces ânes, ces nazes, ces débiles qui nous dirigent (qui nous dirigent à quelque niveau que ce soit hein). Tous ces incapables assoiffés de pouvoir, de réélection, de sécurité personnelle ou d’avidité exacerbée, sans avoir le moindre intérêt, la moindre compassion pour ceux qui les font vivre, ceux qui ont les mains dans le cambouis, ceux qui pensent et agissent sans arrière-pensée. Pas le moindre réel intérêt non plus pour « le client ». Cet abruti de client aussi,... [Lire la suite]