Je m’en suis sortie : Micelle (le ver que nous avions trouvé et éradiqué dans ma nectarine) n’est pas revenu et surtout n’a pas appelé tous ses amis au son d’une vengeance froide et sourde (dans ma tête y’a une grosse voix de peur qui vient de prononcer ces mots).

Mais spa pour ça que ça va bien : je te préviens, va pas falloir me chauffer cette semaine ? En effet, non contente, durant ces derniers mois, d’avoir autant fait attention à ma ligne qu’à celle de Maginot, j’ai parachevé la reprise de quelques kilos durant ma convalescence entre grignotage et inactivité forcée. Du coup ce lundi, j’ai laché mon PEL pour reprendre weight watchers, acheter quelques éléments pour faire des exercices à la maison et enfin cherché une nouvelle activité à reprendre dès que j’aurai le droit de refaire du sport. Du coup, ben, logique hein : manger moins, manger mieux, réduire gras et sucre ben, ça fout les boules, les glandes et les crottes de nez pendent !

Quand j’y pense parfois je me dis qu’au lieu de le découvrir dans ma nourriture c’aurait pu être cool, juste le temps de reperdre 15/20 kilos (une broutille quoi) que Micel (dédicace à tous les catholiques (et ouais, j’enlève le « -le » de la fin, c’est plus joli j’trouve)) soit bien au chaud et plus utile dans mon intestin grèle ou pas grèle. Comment le monde peut-il être aussi injuste (attention dénonciation, coup de gueule, cri de détresse) : pourquoi ceux qui veulent grossir et s’étoffer ne peuvent-ils pas directement piocher dans ceux comme moi qui débordent de générosité ? Je te le dis en te regardant dans les yeux : moi on m’a trop donné bien avant l’envie et j’aimerais rendre un peu.

Pas rendre genre vomir hein, il parait que ça fait mal à force et que ça déchausse les dents, sans compter l’haleine de bouc et le temps à passer aux toilettes. Vu l’immondicerie de celles de mon boulot, je pense que je n’y arriverais pas ou alors si, mais dans le couloir des ascenseurs et je pense que ce serait un peu mal vu par mes collègues (les mêmes collègues qui laissent les chiottes dans un état d’aire d’autoroute hein).

D’ailleurs en parlant de vomir (oui, élevons le débat), qu’est ce que c’est que ce lobby de la peau de renard qui sévit un peu partout à l'interieur de dedans mes séries de divertissement ? On s’est rendu compte avec Pou que, ces derniers temps, que ce soit pour ajouter à la comédie, développer le drame ou juste comme ça pour le délire scato, tous nos héros préférés se retrouvent à un moment ou un autre à vomir ou regarder quelqu'un vomir tripes et boyaux.

On a assisté à au moins 5 ou 6 puke party dans autant de séries. Séries que nous regardons bien entendu en général pendant le diner histoire de nous éloigner des journaux télévisés et du malheur du monde...et pi c’est pas comme si j’étais une pukeuse par procuration hein : moi si j’entends ou je vois du vomissage: je te dégobille immédiatement dessus, à côté, ou derrière, bref t’as compris le principe.  A ce sujet, je dois rendre un hommage bien particulier à mon frère qui, en plus de posséder de grands talents linguistiques (il parle couramment plusieurs langues et en imite quasi parfaitement une vingtaine supplémentaire, du patois marseillais à l’islandais en passant par l’arabe littéraire (je dois confesser un petit talent également dans le domaine, mais non, ne parlons pas de moi, ça me gêne)) mon frère donc imite également à merveille le bruit du vomi.

Mais comment en est-on arrivés là ? Micel, weight, régime, sport et peau de renard ? Y’a vraiment qu’un esprit tordu pour dériver comme ça ? Je ne te félicite pas…

Bref, il est 11h, je ne vais pas tarder à faire mes ablutions sameditales donc je vais te laisser (non, je ne peux pas te laisser sur un tel sujet).

Ahh, t’as vu, on est le 22 octobre et c’est déjà noyel !?!? Sérieux, chez nous les employés municipaux grimpent aux échelles pour habiller les arbres, nos boites aux lettres débordent de catalogues de jouets, une petite fille chantait récemment petit papa noel dans la rue…ahhh et surtout, j’ai lu un post sur facebook qui m’a interpellée « on devrait envoyer une lettre au père noël tous les mois histoire qu’il n’ait pas l’impression qu’on ne lui écrit que pour les cadeaux ! » et là je me suis dit : vas-y, c’est ton combat.

J’ai relayé la proposition auprès de mon pool d’amis, je sais que CocaZéro s’est sentie concernée (elle a liké, stro la preuve) et j’ai envoyé une carte postale hier (une de celles que j’avais achetée à La Rochelle pour mes parents mais que je ne leur ai pas envoyé, c’était hors periode noel ou anniversaire donc….) à Père noël, pôle nord

« Cher papa Noël,

IMG_3304Cela fait environ 35 ans que vous recevez mes missives emphatiques vous sollicitant chaque mois de décembre dans le but d'obtenir telle ou telle nouvelle gratification. Chacune d’entre elle, liée bien entendu à un exposé exhaustif de mes bonnes actions de l’année. Sous les yeux approbatifs de Mme Mère ou M. Père (je me permets d’ailleurs à ce sujet une digression (bien que ce ne soit pas mon style) : serait-il possible d’arrêter d’usurper l’identité de mon papa ? Oui, je ne suis ni Oliver Twist, Ni Rémy encore moins Tyrion Lannister (Tyrion d'avant la dernière saison mais je ne sais pas si vous avez Netflix donc je ne spoilerai pas) ainsi, je sais que de papa vous n’avez que le pseudo. Si M. Mamère a déposé son prénom afin de vous calmer tout de suite (ben ouais, on sait tous que ça aurait fait moins pervers pour vous d’être une femme : jouer avec des enfants et les faire sauter sur vos genoux un mois durant, je ne voudrais pas passer pour une suspicieuse, mais vous ne devez pas avoir le vent en poupe en Autriche, en Belgique ou à Outreau).

Bref, Cher Monsieur Noël, je me rends compte que je me suis comportée comme la plupart d’entre nous en « petite-fille à sa mémée qui a les joues qui piquent » (spéciale dédicace à Marie, Mamie Marie). Ce syndrome bien connu des Doltosiens convaincus consiste en effet à passer son année à refuser de venir voir mémée chez qui "ça sent pas bon", de râler dans la voiture parce qu’il "va falloir lui faire bisou et qu’elle pique" et enfin à presque pleurer lorsqu’elle met sur la table le plat de gâteaux secs dont l’emballage « best before juillet 1994 » trône encore à côté de la poubelle MAIS à qui on passe un coup de fil « pour savoir comment ça va » la semaine avant notre propre anniversaire et la semaine du 10 décembre. Je vous présente ainsi toutes mes confuses et choisis dorénavant (sous réserve que la poste prenne toujours vos correspondances épistolaires à sa charge) de vous faire parvenir chaque mois une bafouille.

Bien entendu, nous devrions repartir sur une relation d’adultes, une relation équitable avec en ligne de mire, pérennité et respect mutuel. Parce que oui, je ne voulais pas en arriver là, mais ça n’a pas toujours été le cas.Si je fais aujourd’hui le premier pas, je dois tout de même crever un abcès …

25 décembre 1985, j’attends avec impatience un poste radio cassettes avec auto reverse. J’ai hyper bien travaillé, j’ai même eu les félicitations de la maîtresse et en plus j’ai un an d’avance alors c’était encore plus dur et puis j’ai quasi 10 ans quoi, je suis quasiment une adolescente selon les critère 2016 (certes, à l’époque je n’étais qu'« une merdeuse qui va pas nous faire son cinéma » mais bon, autres temps, autres mœurs) donc, nous sommes chez des amis de mes parents. Mon petit frère, qui a abusé des huitres en cachette et qui, je crois, les as copieusement arrosées de blanc sec trouvé dans la cuisine, vient de se lever du lit où nous passons une dernière nuit avant de pouvoir nous jeter sous le sapin où vous êtes censé avoir déposé nos cadeaux (cadeaux qui, je le rappelle, ont pour vocation de nous Réelle image d'archive, M. Vomito devant, moi, asoosrtie à sa salopette, derrière...canaliser toute l’année puisqu’ils dépendent de notre comportement sur la durée de l'année entière), mon frère donc s’est levé et ....a dégobillé sa race, osons le terme le plus approprié à la situation, partout dans les escaliers des amis.

Et là,  1/ il ne dérouille pas (je peux comprendre, il pleure, il a réussi à tous les retourner) 2/ tout le monde le chouchoute (là, il est fort, très fort : 20 000 francs de moquette à St Maclou, un couloir qui va sentir le commandant cousteau pendant 3 ans et 24 huitres mal mâchées sur le mur mais non, c’est lui qu’on plaint) 3/ et c’est ça qui me fait le plus mal, il a le droit d’aller ouvrir ses cadeaux (sentant l’injustice, nos parents donnent ce droit à tous les enfants) ET le drame se noue : je découvre le car de Barbie, cette dinde inconsistante, mon frère son garage 5 étages avec lavage automatique avec vraie eau mais nulle présence de MON radio cassettes.

Ne me dites pas que vous saviez déjà que mes parents me l’offriraient pour mes 10 ans, quelques mois après, je trouverais ça un peu trop louche ! Et vous saviez aussi que l’erreur était faite puisque l’année d’après, coupable, vous m’avez offert l’imrpimerie avec vraie encre, odeur d’alcool incluse. Dans mon entourage, personne n’a jamais eu cette imprimante rotative, j’ai caché toutes ces années ma douleur à mes amis, leur faisant croire que mes résultats scolaires et mon attitude à la maison me la valait, mais on sait tous les deux que vous avez tenté de vous rattraper. C’est pourquoi aujourd’hui, arrivée au bout de ma réflexion, je vous propose de relancer une relation d’adulte et de respect.

Je vous présente ainsi, M. Noël, mes plus sincères salutations en espérant que vous vous porterez bien encore quelques millénaires.

Bien festivement votre.

Moi

PS : niveau cadeaux 2016, restons simples : un loto ou un euro million suffiront »